Les voeux optimistes d’Alain Wacheux

Agglomeration

Le 27 janvier à Béthune, la salle Olof Palme accueillait la première cérémonie des voeux de la communauté d’agglomération de Béthune-Bruay, Artois Lys Romane. Plein d’entrain, son président Alain Wacheux, a souhaité contrer le discours ambiant plutôt morose en délivrant des voeux rassurants et empreints d’optimisme devant une salle comble. Morceaux choisis.

Une agglomération au travail

Cette fusion, nous l’avons préparée, dans un temps record certes, mais bien préparée. Un certain nombre de politiques doivent être harmonisées. Mais le 1er janvier, une nouvelle Agglomération est née, et cette nouvelle Agglomération s’est immédiatement mise au travail pour remplir ses responsabilités d’agglomération.

Une agglomération rassembleuse

Je ne doute pas qu’elle sera une communauté dans tous les sens du terme. Une communauté d’agglomération, qui va exercer des compétences, au service de son territoire, des 100 communes qui la composent, et des 280 000 habitants qui y vivent. Une communauté délibérative aussi, qui saura faire émerger l’intérêt général sans pour autant occulter les préoccupations plus locales ou plus communales.

Une agglomération proche de ses élus et de ses habitants

Je souhaite également que nous définissions un mode de fonctionnement plus territorialisé que ce à quoi nous sommes accoutumés. Les antennes territoriales, telles que nous les avons définies pour Lillers et Isbergues, sont une première réponse aux exigences de proximité et de réactivité(…) La conférence des Maires, avec ses déclinaisons locales est une deuxième réponse à ces exigences. La territorialisation en est une troisième. La question d’un nouveau rapport entre l’usager et le service public, un rapport plus souple, plus immédiat, plus intégré en est une quatrième. Notre projet de territoire formera la clé de voûte de ce travail de construction de notre nouvelle agglomération que chacune et chacun pourra s’approprier.

Une agglomération de projets

Le Programme d’actions de prévention des inondations du bassin de la Lys est en révision tout comme le Schéma de cohérence territoriale. Le numérique est une préoccupation première des maires et de nos habitants. (…) Nous venons d’accueillir dans le giron communautaire les piscines, dont nous aurons à homogénéiser la gestion, parfois assurer la réfection.(…) Il faudra définir un programme d’investissement pour toutes les zones communales ou intercommunales d’activité économique intégrées dans le cadre de la loi NOTRe.(…) Des projets d’aménagement ou d’équipement doivent être engagés : refuge-fourrière, nouveaux locaux à produire pour les conservatoires de Béthune et Bruay, LogisterrA26 (zone logistique de Noeux-Labourse), pôle d’activité économique de l’écoquartier des Alouettes, friche 1 à Noeux-les-Mines, Fosse 6 à Haines-les-La Bassée, manoir de l’Estracelles à Beuvry, plat Rio à Annezin, Cité des Électriciens, labellisée cité pilote Unesco et Grand site de la Mémoire minière, pôle d’échange de la gare de Béthune.

Des animations seront encore proposées cette année en nombre à Loisinord, à Géotopia, à la Comédie de Béthune, à la base nautique de Beuvry, ou encore au stade communautaire d’athlétisme de Bruay. (…) À des échelles plus larges, nous sommes également attendus, repérés, je pense surtout, au Pôle Métropolitain, qui nous permet de définir des stratégies communes avec les agglomérations de Lens-Liévin et Hénin-Carvin. Je pense, enfin, au centre régional des arts martiaux, auquel le CNDS vient d’accorder une subvention record de 2 millions d’euros ou au raccordement ferroviaire du Bruaysis au reste de la région dont les tracés proposés ne sont pas satisfaisants.